La Sélection du Mois de mars 2020

Terres de Schiste

Introduction

Les terroirs de schistes sont peu nombreux et de superficie réduite. Présents dans le monde entier, leur rareté en fait leur spécificité. Les découvrir au travers de vins authentiques, c’est essayer de comprendre la minéralité unique de ces terroirs pauvres et  fragiles. Autour de ces constats, est née l’association Terroirs de Schistes. Le but : recenser, fédérer, étudier, déguster, raconter et communiquer.

Explications et analyse géologique

Qu'est ce que le schiste ?

Une roche qui a pour particularité d'avoir un aspect feuilleté, et de se débiter en plaques fines ou feuillets. On dit alors qu'elle présente une schistosité.

 

Il peut alors s'agir d'une roche sédimentaire argileuse ou bien d'une roche métamorphique. Quand celle-ci est purement sédimentaire, les géologues parlent de "Shale". C'est à partir du Shale que l'on extrait du gaz. Cette dernière distinction est importante car une roche métamorphique ne peut pas contenir une quantité significative d'hydrocarbures puisque la température lors de la formation de ces roches dégrade ce type de molécules. Pour ajouter à la confusion, on emploie souvent le terme d'ardoise pour désigner le schiste, alors que l'ardoise n'est qu'un type de schiste métamorphique, à grain fin.

Anciennes argiles compressées, ces roches ont en commun de se cliver et de se débiter en plaques régulières de faible épaisseur. Les plus épaisses sont utilisées pour bâtir des maisons et des murs qui séparent les terrasses, alors que les plus fines, comme les ardoises, couvrent les toits.

Le schiste a un toucher soyeux du à des petits minéraux microscopiques présents dans les feuillets. Les schistes possèdent également des couleurs très variées, allant du noir au bleu sombre, du jaune au marron jusqu'au rouge. Les variations de couleur dépendent du contenu en très faible proportion d’un peu de matière organique et de sulfures de fer.

Revenus en surface après bien des vicissitudes géologiques, les schistes se fragmentent, s’altèrent et prennent des couleurs avec des teintes rouilles dues aux oxydes de fer. Sous l’action de l’eau, les minéraux des schistes se décomposent, se solubilisent puis se recomposent lentement en argiles et en grès (anciens sables formés de grains de quartz cimentés entre eux). Ces roches portent des sols au pH bas, plus ou moins riches. C'est un mélange bénéfique pour la vigne : les argiles retiennent l’eau, les éléments chimiques permettent la croissance de la vigne, les blocs de roche assurent une bonne texture du sol, ni trop argileux, ni trop caillouteux. Dans des régions aux étés très secs, la vigne recherche en profondeur de l’humidité et des éléments chimiques en insérant ses racines entre les plaques de schiste. Ces sols diffèrent donc de ceux des régions calcaires, plus secs et aux pH plus élevés.

En règle générale, il s’agit au départ d’argiles déposées au fond d’océans aujourd’hui disparus. Accumulés sur de fortes épaisseurs, ces sédiments vont se tasser en expulsant l’eau puis devenir des roches plissées et déformées lors de la formation de chaînes de montagnes. Les plissements vont s’accompagner de fractures régulières qui les découpent sans tenir compte de leur disposition sédimentaire en différentes couches. Quand température et pression sont suffisamment importantes les minéraux des argiles se transforment en petits micas, les grains de quartz des grès se soudent mieux entre eux, le carbonate de calcium du calcaire cristallise en gros grains et devient du marbres.

Le schiste permet aux racines de pénétrer en profondeur ce qui accroit la surface de contact entre la plante et son substrat, et d’augmenter les échanges avec les minéraux. Sur schiste, les vignes sont moins sensibles au manque d’eau. Le feuilleté fracturé donne la possibilité aux racines de la vigne de s'infiltrer dans les fissures jusqu'à sept ou huit mètres de profondeur, là où circule naturellement l'eau de pluie.

Si la maturité des raisins est un peu plus lente, le schiste donne des vins longilignes, austères et minéraux, favorisant la finesse des arômes et la complexité.

Rappel des vins dégustés

Cap Corse 2018 Blanc de blanc Clos Nicrosi :

Au XIXe siècle, le vignoble du Cap Corse couvrait entre 1500 et 4000 hectares. Si une grande partie fut arrachée dans la première partie du XXe siècle, il reste aujourd’hui 2700 hectares répartis sur la bordure méditerranéenne et les nouveaux vignobles, face à l’ile de Finocchiarola, gagnés sur le maquis par le travail opiniâtre des vignerons.

Le climat est tempéré, la Méditerranée apporte son effet régulateur sur la vigne. Le maquis, sol acide, est très riche en cistes, lentisques, bruyères,  myrtes, arbousiers, chênes verts, genévrier, cinéraire. Les sols sont maigres, très acides, pentus mais mécanisables.

Par leur situation géographique, les Coteaux du cap Corse bénéficient de l'influence des différents climats qui l'entourent. C'est dans ce cadre enchanteur que se situe le Clos Nicrosi, un des fleurons de la viticulture corse. C'est l’un des plus vieux domaines du Cap, créé vers 1850 par Dominique Nicrosi. Tombé en désuétude à sa mort en 1920, il faudra attendre 1959 pour que ses arrières petits enfants se décident à reprendre le vignoble. Les vignes du Clos Nicrosi, massivement replantées à partir des années 1960, environ 10 ha aujourd’hui, se situent dans la plaine de Macinaggio, une plaine riche en minéraux, composée de schistes dégradés et d’un peu d’argile. Elles donnent une intense minéralité et une fraîcheur propre aux blancs du cap Corse.

Le climat, à la fois très ensoleillé et venté, convient parfaitement au cépage roi, le vermentino, qui atteint lentement sa pleine maturité tout en conservant une acidité suffisante pour donner des blancs fins et dynamiques. On doit aujourd’hui la renommée des vins du Domaine à Jean-Nöel Luigi et ses enfants, Marine et Sébastien, tous trois descendants du fondateur. Les sols sont régulièrement travaillés, les traitements réduits au strict minimum. Les rendements sont maîtrisés, et, bien sûr, les raisins vendangés et triés manuellement. Afin de conserver un maximum de fraîcheur et une expression très épurée du terroir, les vins sont vinifiés et élevés uniquement en cuve, pendant près d’un an.

Les vins sont ensuite mis en bouteilles et hivernent sur les hauteurs, à Rogliano, un très joli village d'altitude. Il en ressort un vin blanc iodé à base de malvoisie et de codivarta. Le profil aromatique est particulièrement expressif, dévoilant un fruit mûr, généreux, autour de la pomme au four et de la pêche. La robe est jaune dorée avec des reflets bronze et verts. Le nez est très particulier. Il peut être sur la corde et développer des arômes d'oxydation puis très aérien et frais en exhalant des arômes de fleurs blanches et de fruits (pomme, pêche de vigne…). La gourmandise du fruit s’accompagne de touches aériennes et raffinées, évoquant les fleurs des champs, le thym, l’eucalyptus et le miel de sapin. En bouche, le vin est ample en attaque, mais toujours droit et harmonieux, porté par de beaux amers. Il s’étire dans une longue finale associant le fruit et des saveurs plus épicées de poivre et de paprika.

Cap Corse 2017 Muscatellu Clos Nicrosi :

L’autre grande tradition du Domaine, c’est bien sûr l’élaboration d’un vin doux naturel, à base de muscat à petits grains, le fameux Muscatellu du Cap Corse. Voici probablement l’un des vins les plus emblématiques du Cap Corse, le fameux vin doux naturel obtenu par passerillage de muscats à petits grains. Les amateurs le savent, la tradition des vins doux naturels, mutés en cours de fermentation pour conserver les sucres, ne date pas d’hier. Le procédé de mutage, consistant à stopper la fermentation du vin par ajout d’une eau-de-vie fut mis au point du côté de Montpellier par le célèbre médecin-chimiste Arnaud de Villeneuve, dès le Moyen-Age !

Le Clos Nicrosi est aujourd’hui l’un des rares domaines corses à perpétuer cette tradition, avec une maîtrise et une précision inégalée sur l’île. Les vignes de Muscat, d’une vingtaine d’années, sont plantées sur des sols de schistes dégradés. La maîtrise des rendements est un impératif (pas plus de 20 hl/hectare), pour que les raisins soient déjà suffisamment concentrés sur pied. Vient ensuite le temps des vendanges, manuelles, où l’on récolte courant septembre les grappes les plus mûres. Le raisin est ensuite exposé au soleil, dans des cagettes en bois, pendant une à deux semaines. C’est ainsi qu’il passerille, il sèche partiellement, une bonne quantité de son eau s’évaporant par la membrane de la baie.

Le raisin ainsi obtenu est ensuite pressé puis mis en fermentation. Une fois le mutage effectué, les Luigi font le choix d’élever le vin en cuve inox, afin de conserver fraîcheur et acidité qui vont donner un très bel équilibre. Le résultat est éclatant d’arômes, de pureté et parfaitement digeste : le bouquet nous emporte dans un tourbillon de parfums, entre raisin de Corinthe, ananas, litchi, cédrat, citron confit, confiture de raisin, mais aussi l’amande grillée et des touches subtiles de miel et d’herbes du maquis. La bouche, suave et enveloppante, reste étonnamment légère, affinée par une acidité particulièrement bienvenue.

Faugères blanc 2018 Le Cairn Domaine Cottebrune :

Faugères est un terroir du nord du département de l'Hérault, adossé aux premiers contreforts de la montagne noire, entre la vallée de l'Orb et la plaine de Béziers. Le terroir mesure 10 kms de long d'Este en Ouest sur 4 de large. Les "Avant-Monts" culminent à 696 mètres au Pic de la Coquillade. Au Sud, le terroir s'ouvre en pente douce sur des vallées étroites. Ce terroir est encadré à l'Est et à l'Ouest par des collines culminant à 350 mètres.

Le vignoble de Faugères, situé à 25 kms au nord de Béziers, s’étend sur 7 communes : Autignac, Cabrerolles, Caussiniojouls, Faugères, Fos, Laurens et Roquessels. La superficie de l’appellation est de 1900 ha composés de sols schisteux datant de l’ère primaire. Les coteaux schisteux portent une végétation qui se distingue nettement de celle des garrigues calcaires avoisinantes, notamment par la présence de cistes odorants. C'est un pays rude, évoquant les Cévennes. Le climat est méditerranéen, chaud en été, sec et doux en hiver. Les pluies sont concentrées de novembre à février.

La vigne est exposée plein Sud à une altitude moyenne de 250 mètres. Elle est entourée par une végétation commune languedocienne : oliviers, amandiers, grenadiers et arbousiers. Au-dessus de 350 mètres, apparaissent les premiers chênes verts puis les châtaigniers. Sur le piedmont du Haut-Languedoc, les sols de l’appellation figurent parmi les plus vieux du monde. Les schistes sont acides, pierreux, massifs et donc très peu fertiles. Seule une flore très endurante, résistante, robuste peut se développer sur ce territoire : bruyères, genêts, cistes. Les espaces boisés sont nombreux et étendus. Ils abritent une faune constituée d’innombrables papillons, insectes, reptiles, oiseaux et petits mammifères qui contribuent à l’équilibre du milieu.

Le système géologique dit des "Monts de Faugères" s’est formé, il y a 340 millions d’années, au Carbonifère. La roche est métamorphique fendue en feuillets. Grâce à sa friabilité, les ceps de vignes réussissent à développer un système racinaire très profond, qui leur permet d’aller trouver de l’humidité en plein cœur de l’été méditerranéen, même le plus sec. Comme tous les grands terroirs, celui de Faugères possède un effet équilibrant qui fait naître des vins très harmonieux. La minéralité caractéristique et prononcée des vins provient de la grande richesse en minéraux de la roche. La friabilité du schiste et sa teneur en minéraux varient d’une parcelle à l’autre, offrant à chacune une expression du terroir très individuelle. Cette richesse en minéraux confère aux sols leur acidité et un pH bas. Les raisins concentrent alors des "jus de terroir": minéralité, arômes de garrigues, puissance du soleil et fraîcheur des bois d’altitude.

Entre murets et capitelles (petites constructions de pierres sèches servant d'abris), le collectif des vignerons de Faugères a adopté une démarche décennale en faveur d'un engagement agro-environnemental. Avec 80% des caves particulières converties en Bio (34 sur 58), le projet prévoit par défaut l'abandon des phytosanitaires, remplacés par des formations ciblées autour des "plantes bio-indicatrices et adventices", la "malherbologie", le "sol et l'agronomie", le "mildiou", "vignes et chauve-souris".

Le domaine de la Cottebrune est géré par un grand nom des Côtes-du-Rhône, Pierre Gaillard. Il porte son nom à cause des schistes bruns qui composent le sol du terroir. L’altitude des vignes permet aux vins d’être subtils, frais et équilibrés, tout en ayant l’amplitude et la gourmandise caractéristiques de la région. Repris en 2007, les 10 hectares de vignes se situent sur la première élévation (Communes de Cabrerolles et Caussiniojouls).

Le Cairn est une parcelle d'un hectare composé de Roussanne, de Vermentino et de Grenache Blanc. Les rendements sont très faibles (16 hl/ha),  les raisins étant issus de jeunes vignes plantées en 2008 sur les hauteurs du hameau de la Liquière (200 à 350 m d’altitude). Les vignes sont conduites sur échalas avec une densité de 7500 pieds / hectares. Cela permet d’avoir une surface foliaire et racinaire importante et de donner des raisins concentrés. Vendanges manuelles avec tri à la parcelle. Pressurage directe. Fermentation alcoolique en barriques entre 14 et 20° C. Vinification des cépages séparément afin de les ramasser à leur optimum de maturité. Après un débourbage poussé en cuve, la fermentation est conduite en barriques à assez basse température afin de la faire durer en longueur et de préserver au mieux le fruit. 8 mois d'élevage en barriques de plusieurs vins. Élevage sur lie avec un bâtonnage une fois par semaine. Le vin ne sera pas soutiré jusqu’à sa mise en bouteille et l’assemblage sera finalisé au moment de l’embouteillage.

La robe est dorée et brillante. Le nez est séduisant et ample, porté sur des notes de fruits à chair jaune (la pêche, abricot, mirabelle) et les fleurs blanches (acacia…). En bouche, le vin se révèle d'une belle minéralité, assez franche, avec une farandole de fruits comme la pêche et la quetche. Belle finale sur une longue touche aromatique. L'assemblage très particulier en fait un vin unique à découvrir, beaucoup plus minéral que la plupart des vins blancs du sud de la France.

Côtes Catalanes 2017 La Tour de Schiste Macabeu Domaine Rière Cadène :

Le Roussillon bénéficie d’une double influence: celle des Pyrénées d’un point de vue géologique, et celle de la Méditerranée d’un point de vue climatique. Avez-vous déjà senti la terre ? Goûté même. Cette odeur de terre fraîche, d’humus. L’odeur d’une terre en pleine santé, pleine de vie ! Chaque terre a sa propre histoire géologique. Mais la terre n’est pas un élément minéral, inerte. Ici, la terre ne produit pas : elle donne car elle est vivante ! Pas de désherbant. Pas d’insecticide. De la matière organique et des labours raisonnés. C’est ça le goût du terroir ! 

 Le vignoble du Domaine Rière-Cadène de 30ha se partage sur deux secteurs géographiques aux caractéristiques bien distinctes : les schistes de la vallée de l’Agly et les galets roulés de la Têt. Laurence et Jean-François Rière, jeunes vignerons, vinifient leur première récolte en 1994 dans les vieilles cuves en béton construites 90 ans plus tôt par l’arrière-grand père. A cette époque la vigne était l’activité secondaire de nombreuses familles du Roussillon. Depuis, les générations se sont succédées modernisant le Domaine dans une démarche résolument qualitative. Investissement de cave, sélection des meilleures parcelles, extension du vignoble dans la vallée de l’Agly…

Pour La Tour de Schiste, direction la vallée de l’Agly, un lieu emplit de minéralité, de finesse et de tension. Une terre noire comme du charbon qui porte bien son nom. Les parcelles sont à une altitude de 80m, orientation Sud-Est, face à la Méditerranée. Les Macabeu poussent sur ce sol très peu profond qui impose une limitation naturelle de la production de la vigne et donne des vins tendus, minéraux et aériens. Les vendanges sont manuelles, les raisins sont égrappés et macèrent dans le pressoir. Le pressurage pneumatique est lent et doux. Le vin est ensuite élevé en fût avec un batonnage des lies fines pendant 4 mois.

La salinité caractéristique du terroir ne fait pas exception; elle se révèle ici avec force. Le registre aromatique est dominé par les épices. La bouche est ample est grasse, avec une belle persistance.

Savennières 2014 Roche aux Moines Domaine FL :

Petite mais réputée, cette appellation d'Anjou, mosaïque de terroirs, produit parmi les plus grands vins blancs secs. Situées à quelques portées de vignes d'Angers, les vignes à Savennières, présentes depuis les Romains, croissent sur des coteaux situés sur la rive droite de la Loire. Ce sont les moines de l'abbaye Saint-Nicolas qui ont planté les vignes à La Roche-aux-Moines vers 1130.

À la fin du XIXe siècle, Pierre Constant Guillory, suisse d'origine, s'installe à La Roche-aux-Moines et se lance dans une grande expérimentation de cépages. Aujourd'hui, le chenin règne en maître et il représente même dans ce lieu la quintessence du grand vin blanc sec. L'appellation n'est pas bien grande, 350 hectares environ, soit l'équivalent de deux châteaux bordelais, répartis sur une quarantaine de producteurs.

On peut dire sans trop se tromper que Savennières, avec les deux crus de La Roche aux Moines et de la Coulée de Serrant, est le grand seigneur des vins blancs secs de la Loire. La Roche aux Moines est située au sommet du coteau, point culminant de Savennières. Il bénéficie d'un microclimat particulièrement favorable, des meilleures expositions du coteau (sud/sud-ouest) et se situe sur un sol schisteux, contrefort du Massif Armoricain, dont l'origine remonte à l'ère primaire. L'activité volcanique a laissé une empreinte de sol dans lequel on remarque de la phtanite, de la riolite et de la spiolite qui donnent des terroirs de grande complexité. Une orientation privilégiée, un ensoleillement idéal, à l'abri des vents du nord, la proximité de la Loire, immense masse d'eau permettant de réguler les températures confèrent à ce vignoble des conditions de végétation idéales.

Le vignoble a 25 ans d'ancienneté, planté en haute densité (5500 pieds/ha) afin de concentrer volontairement les rendements autour de 20hl. Les vendanges sont évidemment manuelles avec tries successives. La vinification est non interventionniste avec des FA en thermorégulation puis un élevage sur lies totales en fût de chêne pendant 12 mois, puis en cuve bois pendant 6 mois. La robe est jaune clair avec de jolis reflets jaune brillant. Le nez développe des arômes complexes d'épices et de fruits exotiques soutenus par des notes fleurs blanches. C'est un vin à la structure impressionnante. L’attaque est dense et suivie d’un milieu de bouche puissant soutenu par un bel élevage. La finale, quant à elle, dévoile le grand terroir avec des notes minérales volcaniques.

Savennières 2010 Chamboureau Domaine FL :

Cette appellation s’étend sur 350 hectares de coteaux de schiste, dont 150 hectares sont cultivés et plantés en chenin blanc sur la rive droite de la Loire, sur les communes de Savennières, Bouchemaine et La Possonnière. Les vins blancs de Savennières séduisent par leur intensité, leur structure et leur belle acidité qui leur garantit une grande capacité de garde.

Dans la pure tradition des Savennières, le Domaine FL a pris le parti de ne pas faire de fermentation malolactique. Ce choix permet ainsi aux vins de garder leur belle acidité et leur caractère fort.

La parcelle Chamboureau est située devant le château. C'est un vin puissant, à la robe jaune citron et aux reflets dorés. Le nez déploie des sensations minérales intenses avec des notes de schiste, de citron mûr et de fruits exotiques. La bouche déploie une attaque puissante et large suivie d’un milieu de bouche puissant à la sensation de pierres chaudes. La finale est longue, minérale et dévoile de jolies notes exotiques inhérentes à ce millésime d’exception. A carafer deux ou trois heures avant de servir.

Saint-Chinian 2016 Les Schistes Domaine Borie La Vitaréle :

Sur 3300 hectares, l’Appellation Saint-Chinian se trouve au centre du vignoble du Languedoc, au nord –ouest de Béziers. Les Monts de l’Espinouse avec son massif Le Caroux composent sa frontière nord, le Minervois est à l’ouest, la Faugérois à l’est et la plaine biterroise au sud.

L' AOP est composée de deux types de sols séparés naturellement par le Vernazobre, affluent du fleuve Orb. Argilo-calcaires au Sud et schistes parfois associés à des grès au Nord datant de l’ère primaire (Ordoviciens, 490 à -415 M.A.). Ces roches marines ont été déplacées sur de grandes distances et renversées, ce qui a placé les roches les plus anciennes (calcaires du Cambrien) au-dessus des roches les plus récentes (schistes de l’Ordovicien). L’érosion a ensuite mis les schistes à l’affleurement en formant un glacis.

Les vignes se trouvent sur ce glacis et sur les versants de pentes moyennes des collines, entre 100 et 350 mètres d’altitude. Les sols sont acides avec un ph de l’ordre de 5, voir 4, et les sols sont pauvres en matières organiques. Protégées des fortes pluies par le massif du Caroux, les vignes sont exposées au  sud et bénéficient d’un climat méditerranéen. La protection des monts permet d’éviter les fortes pluies, toujours néfastes aux vignes plantées sur de fortes pentes. Les vignes de schistes, plantées sur des zones pentues plus difficiles d’accès, sont presque entièrement vendangées à la main.

Fondé en 1990 par Jean-François Izarn, Borie la Vitarèle, ce sont 18 hectares de vignes conduites en bio et biodynamie depuis 1998. Depuis 2014, c'est Cathy qui  vinifie Les Schistes. Assemblage de vieilles vignes (Grenache, Syrah et Carignan) plantées sur des coteaux très abrupts à des altitudes élevées pour la région. Entourées de cistes et de bruyères arborescentes, elles produisent un vin unique, reflet d’un terroir fort qui marque par la délicatesse de ses arômes épicés et la finesse de ses tannins.

Faugères 2017 Paroles de Berger Domaine Cottebrune :

Paroles de Berger est un assemblage de grenache (20%) et Syrah (80%). La majorité des vins retenus pour cette cuvée provient d’un coteau isolé de schistes bruns, situé sur les hauteurs du hameau de la Liquière (entre 200 et 350 m d’altitude) orienté plein Est. Ces conditions favorisent une maturation douce et progressive des raisins, favorable à l’obtention d’un vin riche et équilibré (rendements 30 hl/ha). Les vendanges ne peuvent être que manuelles avec un tri à la parcelle. Les raisins subissent un éraflage total et une macération pré-fermentaire à froid de 4 à 5 jours pour fixer la couleur et les arômes. Vinification parcellaire séparément, dans des cuves de petites contenances, afin de révéler les particularités de chacune d’elles. Au cours de la fermentation alcoolique 3 pigeages et 3 remontages sont réalisés quotidiennement. Lorsque tous les sucres ont été transformés, la macération post-fermentaire est bloquée à 30°C pour préserver l'acidité, apporter du gras et arrondir la structure tannique. La macération totale dure 4 à 5 semaines. La FML s'effectue en barriques. Décuvage déterminé grâce à la dégustation des jus puis élevage 12 mois dans 100 % de barriques de chêne à grain fin (Allier et Nevers). 30 % de barriques neuves. Un soutirage tous les 6 mois, puis 6 mois en bouteille avant commercialisation.

Robe intense, reflets pourpres. Nez expressif marqué par des notes boisées, fondues, registre épicé et fruité. Style généreux, assez opulent, fondu, bien travaillé. Un boisé opulent en finale.

Syrah de Sessuel 2016 L'Ame Soeur Stéphane Ogier :

Le Domaine Michel et Stéphane Ogier est situé à Ampuis. C’est en 1997, que Stéphane Ogier rejoint le domaine familial, après des études d'œnologie en Bourgogne et des expériences vinicoles en Afrique du Sud. En prenant la succession de son père Michel, il choisit de faire un travail précis sur les différents terroirs afin d'en révéler le caractère unique.

De son expérience en Bourgogne, Stéphane Ogier conserve le goût de l’élégance et de la finesse, devenu caractéristique de ses vins. Chaque année, le vigneron s’applique à vinifier séparément les parcelles, pour faire ressortir le meilleur de leur potentiel. Les assemblages sont ajustés selon les millésimes, comme autant d’histoires à raconter autour de ses cuvées.

Au fil des ans, le domaine a dépassé les limites du village avec l’envie de découvrir et de sublimer de nouveaux terroirs. Stéphane dispose aujourd'hui de 11 hectares de vignes sur un terroir constitué de schiste et de granit. Grâce une belle mosaïque de parcelles, de sols et de climats, les vins du domaine se caractérisent par une précision et une finesse exceptionnelle.

Le terroir viticole de Seyssuel, sur les hauteurs de Vienne, existe depuis la période gallo-romaine. Abandonné après l'invasion du phylloxera, il est de nos jours retravaillé par une poignée de vignerons de Côte Rôtie. On retrouve des traces datant du XVIIIème vantant les mérites des vins de Seyssuel, dépassant même la notoriété actuelle des Côte Rôtie.

Stéphane Ogier a planté de la Syrah sur ce terroir schisteux pour élaborer à nouveau de grands vins. Cette cuvée Âme Sœur est issue de jeunes vignes, mais démontre déjà tout le potentiel des vins issus de ce terroir.

Le vin arbore une belle robe grenat soutenu, aux reflets violines. Le nez, net et précis, dévoile une jolie intensité aromatique de violette, de cassis, de cuir, d'olive noire, sur un fond délicatement vanillé dû à l'élevage pour partie en barrique neuve. La bouche se montre droite et dense, avec une belle trame tannique ; des tanins mûrs et présents. L'expression aromatique, fine et élégante, s'oriente sur des saveurs de mûre, de cassis, de violette et d'épices. L'équilibre est superbe entre richesse de la matière et acidité présente, qui augure d'un bon potentiel de vieillissement. La finale, longue, est encore marquée par l'élevage en barrique, mais saura sans nul doute se fondre dans cet ensemble riche et concentré. Un grand vin. 18 mois en barrique, dont 50% de bois neuf.

Maury 20 ans Mas Amiel :

Petite appellation située sur quatre communes des Pyrénées-Orientales au Nord-Ouest de Perpignan (Maury, Tautavel, Saint-Paul de Fenouillet et Rasiguères), Maury (470ha) est intégralement implantée sur des marnes noires schisteuses dans une cuvette entourée de barres calcaires plus anciennes. On découvre un  terroir unique sur de petites collines aux couleurs sombres dominées par les crêtes blanches des calcaires sur lesquels sont perchés les châteaux de Quéribus et de Puilaurens.

 

La pluviométrie est très disparate sur l’année, concentrée essentiellement sur l’automne. L’eau des nombreux orages se perd par ruissellement. Par contre, les petites pluies permettent de reconstituer les réserves hydriques des sols où la vigne, enracinée en profondeur, y puisera tout l’été. Les étés sont chauds, avec des moyennes annuelles les plus fortes de France. Le vignoble est balayé par de nombreux vents qui accélèrent l’évaporation de l’eau dans les sols, protégeant ainsi les vignes des maladies.

Maury fait partie de la famille des VDN mutés. En assemblant l’eau de vie avec le vin, on obtient un arrêt de fermentation. Le vin ainsi obtenu garde une douceur naturelle due aux sucres résiduels non fermentés. Cet ajout d’alcool neutralise totalement  les levures empêchant ainsi les risques de fermentation au printemps qui suive la vendange. Le mutage offre la possibilité d’une vinification particulière. 

Assemblage de 90 % Grenache noir, 5% maccabeu et 5% carignan. Récolte manuelle. Vendange éraflée. Mutage sur grains suivi d’une macération de 30 jours permettant d’extraire la matière (arôme, polyphénols) contenue dans les baies et d’obtenir ainsi une belle structure équilibrée entre fruits, alcool et sucre. Élevage d’une année en bonbonnes de verre placées à l’extérieur et puis en foudres de chêne de 350 hl. Cet élevage particulièrement long, véritable signature du Mas Amiel, permet au vin d’acquérir une grande maturité des arômes et de sa structure. Complexité, finesse, élégance et belle amplitude pour ce 20 ans ... Tel un miracle de la nature, ce vin à la magnifique robe ambrée développe des arômes de figues sèches doucement acidulés qui se mêlent à l’évocation d’épices douces, puis c’est sur des notes plus étonnantes sur la réglisse fraîche qu’il grandit. Une étonnante finale d’une grande persistance. Notes confites de pruneau, d’orange ainsi que des notes grillées et de cacao. Les tanins sont très fondus.

Porto 20 ans Fonseca :

L'une des plus prestigieuses maisons de porto, Fonseca élabore un vin comptant parmi les plus complexes et exotiques en son genre. Avec son caractère luxuriant et séduisant, on pourrait dire que c'est le Pomerol des Portos.

Depuis sa fondation en 1815, quatre familles ont façonné la destinée de la compagnie Fonseca. Au fil des ans, la détermination de Fonseca pour préserver et affiner l'image de la maison l'a rendue encore plus proche du  terroir. 

Les trois domaines de Fonseca, Panascal, Cruzeiro et Santo António, avec leurs terroirs bien distincts, ont un rôle déterminant dans la définition du caractère incontestable et inégalable des vins de la firme. Grâce à son terroir unique, chaque quinta confère à l'assemblage du Porto une typicité toute particulière. Cruzeiro le dote d'un solide noyau de petits fruits noirs ainsi que d'une belle assise tannique. Panascal lui confère sa matière fruitée riche et enveloppante, tissée sur une trame confiturée tout en velours, sur laquelle se superposent les parfums envoûtants, exotiques, de Santo Antônio. C'est cette fusion de trois propriétés très différentes qui explique le caractère multidimensionnel, un vin qui se déploie sur plusieurs niveaux à la fois, dont les arômes complexes et opulents déferlent en vagues successives au fur et à mesure d'un vieillissement en bouteille pouvant dépasser un siècle.

Elevés jusqu'à maturité en  petits fûts de chêne d'environ 630 litres où le faible volume de vin rapporté à la surface de chêne permet un contact plus important avec le bois, le Tawny 20 ans d'âge se pare d'une robe tuilée foncée aux reflets ambrés. Le nez est un magnifique compromis entre les fruits bien mûrs (prune) et les nuances finement boisées, auxquels se superposent des notes chaleureuses d'épices (cannelle) et de caramel au beurre salé.